Accueil Haut de page
Partager sur facebook Partager sur Twitter Partager sur Google +

Sur les hauteurs du lac de Côme

Types de pêche : Mouche et Truite et saumon. Destinations : Italie.
lac de Côme depuis le fort de Varenna

© Fish & Child(ren) - Le lac de Côme depuis le fort de Varenna

Le récit de Jac

J’ai la chance d’avoir de la (belle) famille en Italie, près de Lecco en bordure du lac de Côme. C’est la 3fois que je visite les lieux, mais jamais je ne me suis essayé à rencontrer une fario italienne ou tout autre poisson. Grave erreur à réparer tout de suite !!

Je me rends donc au détaillant de pêche du coin, pour me procurer le permis local, obtenir des informations sur la réglementation (que je n’ai pas étudiée auparavant, bravo…), et glaner quelques indications sur les endroits à prospecter !! Vaste programme, surtout que je ne parle pas un mot d’italien. Pas de chance : mon interlocuteur (fort sympathique par ailleurs) ne parle ni français ni anglais. Un moment très rigolo où lui me parlera italien, et moi anglais et espagnol !! Je ressors en ayant le petit guide italien sur les règles applicables dans la province de Lecco, le permis (que je dois aller payer à la poste 2km plus loin…), et 2 noms de rivière pour le lendemain : la Meria et la Pioverna.

Jour 1 : entre 2 eaux

Armé d’une carte (de rando !! erreur de débutant…), je suis les conseils reçus la veille de prospecter en priorité la Meria à Mandello. Il faut plus précisément se garer à Rongio puis remonter la rivière : telle est ma mission !! Sauf que je ne trouverais jamais ce lieu dit… Arrivé à Mandello, je me rends compte que ma carte n’est pas assez précise. J’arrive à trouver la rivière (un bien mince filet d’eau en ce milieu du mois d’août), mais bien en aval du spot recherché. Je m’engage sur des chemins escarpés, à peine plus larges que la voiture (2-3 cm de marge pour chaque rétro : ça frottille !!)… Mauvais plan. Demi-tour périlleux en pente, je manque de rester coincé, et je décide finalement de visiter la vallée de la Pioverna, puisque j’ai compris que cette rivière était normalement plus grosse.

De Mandello, je longe le lac de Côme plein nord jusqu’à Bellano, puis je bifurque à droite pour remonter la rivière. Rivière dans un premier temps invisible puisque sur sa partie aval elle est vraiment en contrebas de la route. Je croise donc pour la première fois la Pioverna vers Taceno. Il doit être 9h, et je n’ai pas mis un coup de ligne. Le parcours est joli, je vois un pêcheur s’activer sur une infrastructure de microcentrale (les règles doivent donc être différentes qu’en France…), l’heure de mes débuts en terre italienne approche !!

Me voilà fin prêt, droit dans mes waders, canne montée, je longe le cours d’eau, j’observe la rivière et ses berges. Je vois un panneau. Petit, blanc, manifestement destiné aux pêcheurs : pas bon signe !! Effectivement je suis sur un parcours spécifique, mauvais karma ce matin décidément… En même temps, c’est ma faute, j’ai oublié la « cartina del pescatore » au B&B, ce qui aurait pu m’aider à savoir où étaient les parcours gérés par des assos de pêche locales. Bref, la loose intégrale.

C’est le jeu : je repars pour remonter la rivière. À Cortenova, la rivière passe au milieu du village et de l’usine, joli parcours aussi, mais plein de panneaux partout ! Et pleins de pêcheurs dans le village : un concours peut-être ? Mais surtout un constat : ils pêchent tous au toc, canne de 6m, des petits plombs en pagaille et au vers rouge. Je continue mon périple, et la c’est sûr, j’ai envie de fouetter un peu !!

Je m’arrête un peu en amont de Primaluna, pour me jeter à l’eau. Le temps est maussade, des petits coups de tonnerre au loin, comme prévu. Malgré l’absence de gobages, je tente d’attaquer en sèche : j’ai acheté la veille une paire de « mouches locales », sur les conseils de Luigi (ça lui irait bien comme prénom). Ces conseils se révèlent judicieux, puisqu’une seule mouche (Cf. guide pratique) fera répondre quelques truitelles sur cette heure de pêche. Entre 15 et 18 pour ces 3-4 poissons à la robe jaune et à l’attaque violente !! Encourageant ou plutôt décevant comme première approche sur la Pioverna ?? Je vous laisse seuls juges !

La rivière Pioverna, Lombardie
© Travelers & Fish – La rivière Pioverna

Jour 2  : merci la mouche slovène !

Le lendemain matin, tôt, je suis au même coup, bien décidé à rencontrer la maman ou la grande sœur de mes amies truitelles. Peine perdue. L’eau s’est légèrement teintée suite à la pluie de la veille. Je ne m’attarde pas et continue ma prospection, en remontant la rivière en voiture, pour m’arrêter à Bindo, pêcher un parcours repéré la veille : en contrebas du camping La Fasana. Une jolie gaougne (comme on dirait en patois dans l’Aude, mais comment l’écrire ??) sous la berge donne envie d’être pêchée. Je gare la voiture, traverse le pont à pied, et descends la rivière pour dépasser ce pêcheur qui ferraille énergiquement le coup sous le pont. Au moment d’arriver sur la rivière, je vois…….. Encore un de ces maudits panneaux !! Ce n’est pas possible, normalement je ne devais pas trouver un parcours comme ça ici, ma carte ne l’indique pas !! Je n’y comprends plus rien… Je fais donc demi -tour et sur le pont, je croise un ancien, clope (mégot) au bec, avec qui je décide d’engager la conversation pour aller à la pêche aux infos !! Malheureusement, je ne parle pas mieux italien qu’hier, et lui parle très vite, uniquement dans sa langue natale… Selon lui, avec mon permis, j’ai quand même le droit de pêcher ici (…). Il me montre également son carnet de capture : je vois que sur le mois qui vient de s’écouler, il a dû aller à la pêche un jour sur 2, et faire 3 poissons en 15 sorties. C’est donc normal que je ne fasse pas un poisson, mais ça risque d’être dur d’éviter le capot.

Je continue de longer la rivière, direction Bellano, en essayant de trouver un spot sympa à pêcher, sans panneau cette fois. Mais j’arrive à Taceno sans avoir trouvé ce que je cherche, alors je repars dans l’autre sens, pour reprendre le chemin de Lecco et trouver le dernier coup de cette matinée.

Je finirais par m’arrêter encore une fois près de Primaluna, plus bas qu’au petit matin, juste en amont du parcours 7 « campi gara acque B (gestione FIPSAS) » . Ici, la rivière est facilement accessible, une route carrossable tranquille uniquement empruntée par des randonneurs ou autres cyclistes longe la rivière sur près d’un kilomètre.

Dernière occasion de rencontrer une italienne. Je vais être en retard c’est sûr… il ne me reste pas plus de 30 minutes… Le petit cul de canard gris en 16 est monté depuis Bindo, je le fais pêcher sans trop de conviction en cette fin de matinée, alors qu’il n’y a pas d’activité… C’est en nymphe qu’il fallait pêcher ce matin non ?? Je tente la spéciale de Grégor, ramenée de Slovénie. Deuxième passage : BIM !! Une jolie fario de 25 cm !! J’ai trouvé la mouche… 3 mètres plus haut, 1er coup de ligne : la petite sœur, 20 cm, qui repart à l’eau bien sûr aussi vite qu’elle avait nagé jusqu’à l’épuisette. Un peu plus haut : une bonne tape, ratée, elle se décroche… Je regarde la montre : 11h, l’heure de lever le camp, malheureusement je suis attendu ! Dommage, 1h de plus sur ce parcours, je faisais un malheur avec la mouche de Gregor c’est sur !

La rivière Pioverna en Lombardie
© Travlers & Fish – La rivière Pioverna

Guide pratique

Comment y aller ? Il est où le coup ? Sont où les fishs ?

Quelles techniques ?

Les autochtones semblent privilégier la pêche au toc : rigoleto (énorme, presque aussi gros qu’un petit bouchon !!), et une dizaine de petits plombs écartés d’1.5 cm. Teigne ou vers rouge.

Mouche pour la pêche
Et voilà la mouche qui a marché en cette matinée nuageuse d’août

Où acheter le permis / du matos de pêche ?

A Lecco, au magasin Acquari Pesca Sport (Lungolario Luigi Cadorna, 9)

Le permis est à remplir chez le détaillant, mais doit se payer à la poste : 23€ à l’année pour la province (coûts supplémentaires pour certains parcours spécifiques).

Autres spots à prospecter à proximité

Lors d’une précédente visite dans ces vallées, j’avais pu longer à pied la petite rivière qui traverse la village d’Erve, elle était farcie de truitelles… C’est bien simple, il y en avait partout !! Doit bien y avoir quelques jolies farios aussi (mais je ne connais pas la règlementation pour ce petit ruisseau).

Egalement à visiter dans le coin

Les mérites du lac de Côme ne sont plus à vanter. En solo, en couple ou en famille, les activités ne manquent pas…

Mais déjà, ne serait ce que faire un tour en bateau sur le lac de Côme, c’est magique : Balade en bateau sur le lac de Côme

Pour plus d’infos : http://www.lakecomo.it/

Où dormir ?

Chez Paolo et Daniela, à Oggiono : un couple adorable, qui ne demande qu’une chose : vous faire découvrir leur région dans les moindres recoins !! La maison est magnifique, les petits-déjeuners soignés et l’accueil plus que chaleureux.

Pour plus d’infos c’est par là : B&B Cascina la cinciallegra

A noter que Paolo est pêcheur à ses heures perdues donc il pourra vous donner quelques conseils, et Daniela parle le français, ce qui, parfois est bienvenu 🙂

Liens utiles

La réglementation italienne est particulièrement compliquée, et nous vous conseillons de bien vous pencher dessus avant d’aller pêcher.

Voici une documentation complète sur les différents règles à respecter dans la Province de Lecco : Pescare In Provincia di Lecco.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *