Accueil Haut de page
Partager sur facebook Partager sur Twitter Partager sur Google +

Voyage en territoire sauvage néo zélandais

Types de pêche : Mouche. Destinations : Nouvelle-Zélande.
pêcheur avec une truite énorme en Nouvelle-zélande

© Thomas Barrand - Béarn Fishing Evasion

L’interview de Thomas

Juste une petite présentation… pour faire connaissance 🙂

Bonjour, je m’appelle Thomas Barrand, je suis un jeune moniteur guide de pêche diplômé d’État depuis décembre 2017.

J’habite dans le Béarn une petite commune aux alentours de Pau, d’où l’intérêt de pratiquer ma passion de la pêche à la mouche sur nos rivières pyrénéennes.

Dans quel pays es-tu allé pêcher ? Et combien de temps ?

Avant le début de ma formation de moniteur guide de pêche, j’ai réalisé deux voyages en Nouvelle-Zélande. Un premier de 6 mois avec un ami et un second de 6 mois afin de travailler dans l’un des plus célèbres flyshop du pays et du monde entier.

pêcheur nouvelle-zélande
© Thomas Barrand – Béarn Fishing Évasion

Était-ce un voyage « spécial pêche », ou tourisme et pêche ?

Mes deux voyages étaient axés sur la pêche bien entendu, mais pas à 100 %…
On dira à 95 % 😊

Quel style pêche voulais-tu pratiquer ?

La pêche à la mouche !! Particulièrement la pêche à vue qui était mon seul objectif afin de capturer ces truites énormes dans des eaux cristallines.

Comment as-tu organisé ton voyage ?

Mon premier voyage s’est organisé avec mon copain après notre formation d’éducateur sportif. Il fallait que l’on prenne l’air…
Mon second voyage s’est réalisé à la suite d’une journée de guidage avec un GRAND Monsieur qui me voulait dans son équipe afin de tenir son fabuleux flyshop pour la saison suivante.

Quel matériel as-tu fait voyager ?

J’avais fait suivre mon matériel de pêche à la mouche « classique » : Hardy Zenith 9’#5 ; Hardy ultralite DD 4000 ; waders, gilet, boites à mouches, matériel de camping, etc..

As-tu rencontré certaines difficultés pour pêcher ?

Mis à part les sandflies (petits moustiques assoiffés de sang humain…) et une certaine condition physique à avoir afin de braver le bush dans le backcountry néo-zélandais, aucune difficulté particulière à la pratique de la pêche dans ce Paradis de la pêche.

randonné le long d'une rivière aux alentours de Wanaka, il faut parfois marcher plusieurs heures avant de voir les premiers GROS poissons
Randonnée le long d’une rivière aux alentours de Wanaka, il faut parfois marcher plusieurs heures avant de voir les premiers GROS poissons © Thomas Barrand – Béarn Fishing Évasion

T’es-tu rapproché d’un guide de pêche ? Aurais-tu un contact sur place à nous conseiller ?

J’ai réalisé une journée de guidage avec le célèbre STU du Stu’s flyshop dans l’île du Sud qui m’aura amené à réaliser mon second voyage. Une journée mémorable avec un guide qui aime son métier et un passionné comme jamais je n’ai pu en rencontrer (pire que moi… alors que je pensais être le plus fou…;) )
Si vous cherchez un VRAI guide de pêche sur place, visitez : Stu’s Fly Shop.

Quels sont les tarifs en vigueur sur les permis de pêche dans ce pays ?

Le tarif du permis dans ce pays est de seulement 160 $ NZ (environ 90 €) qui permet de pêcher partout dans le pays sauf sur certaines régions (Tongariro par exemple) où il faudra un permis journalier.
Mais de manière générale si vous cherchez les grosses truites de l’île du sud dans le bush cela vous coûtera seulement 90 € pour toute la saison (d’octobre à mai).

(pour plus d’infos sur les règles de pêche, consultez notre page sur la réglementation de la pêche en Nouvelle-Zélande)

pêcheur avec une énorme truite en Nouvelle-zélande
La récompense après plusieurs heures de marche et de recherche © Thomas Barrand – Béarn Fishing Évasion

Où as-tu pêché ? Un spot à conseiller en particulier ?

Principalement sur l’île du sud.
Je propose cette destination dans mes prestations que je connais maintenant très bien. Désolé, je ne pourrais pas vous dévoiler « mes » spots où j’ai dû parfois parcourir des journées et des journées de marche pour découvrir tout cela… Mais croyiez moi je ne regrette pas tous ces kilomètres de marche pour « rien ».

Alors sans dévoiler tes spots fétiches… 😊 On veut juste un exemple de rivière sur laquelle tu t’es régalé !!

La rivière Mataura aux alentours d’Athol est bien connue des pêcheurs, mais reste une valeur sûre !! Niveau condition de pêche, ça reste de la pêche à vue par excellence, que ce soit en nymphe ou sèche. Durant les mois d’été, il y a 2 pêches très excitantes : la pêche avec des cigales, qui créent une véritable frénésie sur les truites qui gobent ça violemment !! Egalement sur ce style de rivières où il y a beaucoup de saules (willow tree) en bordure ou bras mort (bac waters), une pêche avec des willow grub : il s’agit de petites chenilles jaunes ou vertes qui tombent des feuilles, les truites en sont dingues… et les gobages sont particuliers avec des aspirations qui me font encore frissonner 😉

Truite de la très célèbre MATAURA river dans la région Otago
Truite de la très célèbre MATAURA river dans la région Otago © Thomas Barrand – Béarn Fishing Évasion

Ce sont les 2 pêches « différentes » de chez nous qui sont très excitantes là-bas ! Attention autant durant les mois d’été (janvier/février) la pêche à la cigale est bonne partout, autant celle au willow grub n’est bonne que sur les rivières ou il y a énormément de saules (rivières plus de « plaine » on peut dire).

mouche - Cicada
Cicada
mouche - Willow grub
Willow grub

Est-ce que le poisson était au rendez-vous ?

Le poisson était bien sûr au rendez-vous.
Mais ce pays est particulier quant au comportement de nos chères truites.
Déjà, généralement, plus vous remontez la rivière, plus les poissons sont gros, mais moins il y en a. Ce qui est l’inverse chez nous, par exemple dans nos Pyrénées !! Imaginez-vous un plateau pyrénéen ou alpin où vous avez l’habitude de trouver des poissons dans les 15/20 cm en grand nombre, et bien là-bas vous en trouverez que quelques-unes, mais de très très grosses tailles…

Des hébergements à conseiller ?

Lors de mon premier voyage nous avons effectué notre périple en van aménagé (le mieux pour voyager tranquillement tout autour du pays) et le second je dormais chez Stu. Ne vous inquiétez pas, il y a beaucoup d’hôtels, de campings, d’appartements à louer tout autour de l’île à des prix très abordables.

Des visites à ne pas rater autour ? Des randonnées à faire ?

Pour un amoureux de la nature, ce pays est le paradis. De pouvoir passer d’un paysage de glacier, à une zone tropicale en passant par des collines verdoyantes et une zone volcanique tout cela dans un rayon de 200 km, il n’y a que là-bas que l’on peut voir cela.
Rappelez-vous bien que toutes les grandes scènes de paysages du film « le seigneur des anneaux » ont été tournées là-bas…

pêcheur devant une montagne en nouvelle-zélande
En communion avec la nature… © Thomas Barrand – Béarn Fishing Évasion

Des petits conseils en plus à donner ? Ou un petit mot de fin !

Vous recherchez une expérience de pêche inoubliable… VOILÀ, vous savez où partir. Et si l’aventure vous fait « peur », n’hésitez surtout pas à me contacter.

Vous pouvez me retrouver sur ma page Facebook « Béarn Fishing Evasion » afin de discuter pêche 🙂

À bientôt pour de nouvelles aventures.

Une réflexion sur « Voyage en territoire sauvage néo zélandais »

  1. Oui, c’est une magnifique région: de merveilleux paysages, de superbes rivières… et le paradis des pêcheurs comme nous avons pu le constater en direct; que nous dormions en hôtel ou en bungalow, tout est très bien aménagé.
    TOUT EST TRES BEAU là-bas !!! la région des superlatifs à l’image de la taille des truites locales 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.