Accueil Haut de page
Partager sur facebook Partager sur Twitter Partager sur Google +

Yellowstone

Pêcheur à la mouche sur le ruisseau Nez Perce

Pêche à la mouche sur le ruisseau Nez Perce © Jacob W. Frank - National Park Service

Situé dans l’Ouest américain, au nord-ouest du Wyoming et aux frontières du Montana et de l’Idaho, le parc National du Yellowstone est l’un des parcs les plus réputés du pays. D’une surface comparable à la Corse, la pêche dans le Yellowstone s’offre à vous sur des rivières aux noms évocateurs : Firehole river, Madison river, Lamar river… Des poissons emblématiques de ces territoires, en particulier la fameuse cutthroat, attendent les pêcheurs dans des paysages grandioses.

Réglementation générale

Le parc National du Yellowstone dispose de ses propres règles de pêche, résumées sur ces pages du site national Park Service. Une brochure dédiée aux règles de pêche est également publiée par le parc du Yellowstone.

L’objectif des autorités locales est de protéger les espèces de poissons autochtones, en particulier la cutthroat (Oncorhynchus clarki bouvieri), mais aussi l’ombre arctique et le mountain whitefish (Prosopium williamsoni). Ces populations de poissons se réduisent, notamment à cause de l’introduction d’« espèces non natives » comme la truite fario, l’omble de fontaine, le cristivomer ou l’arc-en-ciel (compétition alimentaire, hybridation et dégradation de l’intégrité génétique…). Les règles de pêche strictes mises en place et la gestion des populations piscicoles poursuivent ces objectifs de protection.

La fameuse Cutthroat, en train de frayer, sur de des ruisseaux de la Lamar Valley
Cutthroats au moment du frai, Lamar Valley © Jay Fleming – national Park Service

Techniques de pêche autorisées

De nombreuses restrictions sont à respecter pour pêcher dans le parc du Yellowstone, en particulier concernant les leurres et les hameçons. La lecture des documents publiés par les autorités locales est vivement recommandée, et un conseil auprès du fly-shop du coin s’avère indispensable en cas de doute…

Seules les pêches à la mouche et aux leurres artificiels sont autorisées (l’utilisation de plomb est interdite), et chaque pêcheur n’utilisera qu’une seule canne.

On doit uniquement utiliser des hameçons sans ardillon ou à ardillons écrasés. Les leurres ne doivent avoir qu’un seul hameçon (simple, double ou triple).

Chaque mouche ne doit avoir qu’un hameçon (2 mouches maximum par ligne).

Il est interdit de pêcher avec des « appâts organiques » (organic baits dans le texte), c’est-à-dire qui proviennent d’organismes vivants comme des poissons ou parties de poissons, des vers, insectes ou œufs de saumon… Les aliments comme le pain ou le maïs ne sont pas autorisés. Les « appâts non organiques » sont également interdits, notamment les vers en caoutchouc et les « plastic twister tails » (l’utilisation d’attractant est également illégale).

Sur certains cours d’eau, les leurres artificiels sont interdits, seule la pêche à la mouche est autorisée : sur les rivières Firehole et Madison, et sur la partie aval de la Gibbon river en dessous de Gibbon Falls.

À noter qu’il est interdit de pêcher depuis les ponts de route ou depuis le quai de bateaux.

Rivière Madison, et la National Park Mountain
La rivière Madison © Jacob W. Frank – national Park Service

Limites de possession par zone, rivière ou lac

Tout poisson autochtone pêché doit être relâché (cutthroat, ombre arctique, mountain whitefish).

Sur la majeure partie du Parc (dénommée « Native Trout Conservation Area »), il n’y a pas de limites de possession pour les poissons non indigènes : truite fario, truite arc-en-ciel, cristivomer et omble de fontaine.

Sur la zone « Nonnative Trout Tolerance Area », les règles sont différentes. Sur les rivières Firehole, Madison et Gibbon (en aval de Gibbon Falls), il est autorisé de posséder 5 ombles de fontaine ; les truites arc-en-ciel et farios doivent être relâchées, de même que les whitefish. Le pêcheur doit cesser de pêcher une fois sa limite de possession atteinte.

Sur le système hydrographique de la rivière Lewis, en amont de Lewis Fall (incluant les lacs Lewis et Shoshone et leurs affluents), la limite de possession est une combinaison maximale de 5 cristivomers, truite fario ou omble de fontaine (seulement un de ces poissons pourra être une truite fario).

Toute truite arc-en-ciel, tout omble de fontaine, tout hybride identifiable cutthroat/arc-en-ciel attrapé sur le bassin versant de la rivière Lamar en amont du pont (incluant la Slough creek, ses affluents et les lacs en amont du camping ; incluant également la Soda Butte creek et ses affluents) doivent être tués : il est illégal de les relâcher vivants.

Tout cristivomer attrapé sur le lac Yellowstone doit être tué : il est illégal de les relâcher vivant.

Plusieurs cristivomers en train de frayer, sur les fonds du lac Shoshone dans le Parc du Yellowstone
Frai de cristivomers sur le lac Shoshone © Jay Fleming – national Park Service

Saison de pêche

La saison de pêche commence le samedi du week-end du Memorial Day (généralement le dernier week-end de mai, donc le 26 mai 2018) et s’étend jusqu’au premier dimanche de novembre (donc le 4 novembre 2018) sur la plupart des cours d’eau (Cf. les réglementations régionales pour les exceptions : par exemple la rivière Yellowstone qui ouvre le 15 juillet).

Des rivières peuvent être momentanément fermées à la pêche, pour cause de niveau d’eau trop bas ou de température trop élevée, afin de protéger les populations de poissons.

Les réglementations régionales

Des réglementations régionales sont ensuite précisées pour 4 zones, et précisent par exemple les réserves de pêche, les limites de possession, petites cartes à l’appui.

Une partie de la brochure détaille également où il est possible de faire pêcher les jeunes pêcheurs, et où on peut trouver des accès pour les personnes à mobilité réduite.

Permis de pêche

Pour pêcher dans le parc du Yellowstone, toute personne de 16 ans ou plus doit être en possession d’un permis de pêche valide du parc National du Yellowstone. Les licences d’état ne sont pas valides et ne sont pas requises pour pêcher dans le parc du Yellowstone.

Un permis pour 3 jours coûte 18$ ; 25$ pour un permis de 7 jours ; 40$ pour la saison.

Coucher de soleil sur la rivière Gardner
Coucher de soleil sur la rivière Gardner © Coucher de soleil sur la rivière Gardner – national Park Service

Où pêcher dans le Yellowstone

Un vaste choix de rivière s’offrira aux visiteurs du parc. Nous pouvons ici en citer quelques-unes parmi les plus célèbres, dans un choix parfaitement subjectif.

Firehole river

Affluent de la Madison, la Firehole river est située au nord-ouest du parc du Yellowstone (à l’ouest du lac Yellowstone). La saison idéale pour pêcher cette rivière s’étire de fin mai à début juillet, puis de mi-septembre à octobre : les eaux sont assez chaudes en plein été, avec l’apport des eaux thermales, obligeant les poissons à adapter leur comportement (notamment pour les périodes de reproduction). Une rivière aux parcours variés où on peut trouver de jolies populations de farios et d’arc-en-ciel, ainsi que des saumons de fontaine sur la partie amont du cours d’eau.

Le site Montana Angler – Firehole river décrit précisément la pêche sur la Firehole river : caractéristiques du cours d’eau, informations sur les éclosions et mouches à utiliser, le tout avec de jolies photos… On pourra aussi se procurer Fly Fishing Yellowstone National Park – An Insider’s Guide to the 50 best Places de Nate Schweber. À lire également, le Nortwest Fly Fishing magazine de novembre – décembre 2015, avec un article dédié à cette rivière « the strangest trout stream on earth » revisited, par Jeff Erickson.

Coucher de soleil sur la rivière Firehole
Coucher de soleil sur la rivière Firehole © Jacob W. Frank – national Park Service

Lamar river et ses affluents

Au nord-est du parc, la rivière Lamar se jette dans la Yellowstone non loin de Tower Junction. Cette rivière est l’une des dernières à devenir « pêchable », à cause de la fonte des neiges, généralement autour de mi-juillet. Ses deux principaux affluents, Soda Butte creek et Slough creek, sont également très réputés pour abriter d’importantes populations de cutthroats, même si ces parcours subissent une importante pression de pêche. Pour plus d’informations sur ces rivières, on pourra lire Big Sky Fishing – Lamar river, ou Fly fishing Yellowstone national park.

Pêcheur à la mouche sur la rivière Lamar
Rivière Lamar © Neal Herbert – national Park Service

Yellowstone river

La rivière Yellowstone traverse le Parc du sud-est au nord-ouest, en passant par le lac du même nom. Les plus intrépides iront randonner entre les grizzlys en amont du cours d’eau, vers Thorofare (à l’extrême sud-est du parc, à une quarantaine de km de la première route !!). Ce secteur sauvage abrite de nombreuses cutthroats, plutôt de taille modeste, que l’on recherchera principalement en début de saison. Sur les secteurs juste en aval du lac – entre Nez Perce et Mud Volcano, les cutthroats peuvent atteindre des tailles bien plus intéressantes. À pêcher plutôt en début de saison : à la fin de l’été, la plupart des grosses cutthroats qui viennent se reproduire sur le secteur sont retournées dans le lac. Attention, il y a des réserves dans le coin : vérifier en page 13 de la brochure. Côté réglementation, tout poisson autochtone doit être relâché (donc les cutthroats !!), et pas de limites de possession pour les poissons non indigènes (truite fario, truite arc-en-ciel, omble de fontaine). Tout cristivomer capturé doit par contre tué, pour protéger les poissons natifs, dont il est pour partie responsable du déclin des populations.

Pour approfondir, on pourra encore parcourir Montana Angler – Yellowstone river, qui décrit précisément les différents parcours à prospecter, ou encore la pêche à pratiquer en fonction des saisons. Le livre Fly Fishing Yellowstone national Park – An Insider’s Guide to the 50 best Places (par Nate Schweber) consacre également plusieurs articles à cette rivière mythique.

La rivière Yellowstone au Black Canyon
Rivière Yellowstone (Black Canyon) © Jim Peaco – national Park Service

Et on aurait tout aussi bien pu citer la Gallatin river, la Madison, la Gardner, les rivières Snake et Lewis au sud du parc…

Liens et infos utiles

Le parc du Yellowstone dispense des conseils de sécurité, en particulier concernant les ours. Des animaux sauvages sont présents même sur des lieux fréquentés : il ne faut donc pas approcher à moins de 100 yards (92 mètres) des ours et des loups, ni à moins de 25 yards (23 mètres) d’autres animaux sauvages. Il est également conseillé d’être attentif aux signes indiquant la présence d’ours (excréments, traces fraîches…), de faire du bruit aux endroits à visibilité réduite, de porter un spray anti-ours et de savoir l’utiliser. Il faut éviter de randonner ou de pêcher seul, et essayer de rester par groupe de trois personnes ou plus. Les carcasses et entrailles de poisson ne doivent pas être jetées le long des berges, au risque d’attirer les ours. Lorsque l’on rencontre un ours, il ne faut pas courir.

Ils parlent du Yellowstone

Auvergne Passion Mouche publie une série d’articles dédiés à la pêche dans le Yellowstone et dans le Montana : Auvergne Passion Mouche – Au cœur du Yellowstone.

Un autre exemple d’article sur Auvergne Passion Mouche ici. Une lecture très intéressante, qui décrit le type de rivières à découvrir, les poissons qui les peuplent, et qui précise également les techniques de pêche et les mouches à privilégier sur ces parcours (Attention, cette lecture vous donnera forcément l’envie de visiter les rivières de l’Ouest américain…).

Cédric Girard et Gobages nous proposent une description de la pêche dans le parc du Yellowstone : bons plans pour dormir, matos et budget à prévoir, topo sur les principales rivières à découvrir… Bref, à lire avant le départ !! Gobages – pêche Yellowstone

Nos conseils de lecture pour préparer vos visites  :

  • Forts de deux séjours dans le parc, Florent et Sandrine ont publié de nombreux articles pratiques et une vidéo à couper le souffle sur leur blog  Les Smartrippers.
  • Lors de son escale dans le Yellowstone, Mathilde a eu l’occasion d’y faire plusieurs randonnées, elle vous en propose trois sur son blog Voyager en Photos pour sortir des circuits touristiques.
Une information en + ?

Contactez-nous pour contribuer

© Les photographies ont été gracieusement partagées avec nous, mais restent la propriété exclusive de leur auteur. Merci pour leur collaboration.

odio elit. ut dolor. Donec Curabitur eleifend dapibus leo amet,