Accueil Haut de page
Partager sur facebook Partager sur Twitter Partager sur Google +

Nouveau-Brunswick

Beatux sur la plage d' Alma dans la baie de Fundy

© Marie et Mickaël, Entre 2 Escales, Alma dans la baie de Fundy

Le Nouveau-Brunswick est une province canadienne située au sud du Québec et à l’est du Maine. D’une superficie comparable à l’Occitanie, cette province propose des parcours de pêche très variés, avec près de 2500 lacs et 60 000 km de rivières !! De nombreuses possibilités de pêche en mer sont également offertes aux pêcheurs.

Généralités sur la réglementation

Pour avoir toutes les informations sur la pêche dans cette province canadienne, téléchargez la brochure 2017 de pêche pour le Nouveau-Brunswick.

Huit « zones de pêche récréative » sont définies pour le territoire du Nouveau-Brunswick. Pour chacune d’entre elles, les réglementations spécifiques sont précisées : dates d’ouverture, limites de taille minimale ou de prise, et également les règles de pêche spécifiques pour certaines eaux. Ces 8 zones sont : Restigouche, Baie-des-Chaleurs, Miramichi, Sud-est, l’intérieur de la baie de Fundy, Bas-Saint-Jean, sud-ouest, Haut-Saint-Jean.

Exemple pour la zone de pêche récréative du Bas-Saint-Jean :
  • Il n’y a pas de saison de pêche à la ligne pour le saumon de l’Atlantique ;
  • La pêche à la ouananiche est fermée dans toutes les eaux à part le ruisseau de Newcastle (du 15 avril au 30 septembre), les lacs Grand, Oromocto, Second Eel et Yoho (du 1er mai au 30 septembre) ; limites de prise quotidienne et de possession : 2 – les limites de taille de ouananiche sont comprises entre 35 et 63 cm ;
  • Pour la truite : pour les cours d’eau, la pêche est ouverte du 15 avril au 15 septembre – pour les plans d’eau, pêche ouverte du 1er mai au 15 septembre. Limite de prises quotidiennes : 5 (pas plus de 2 touladis et/ou de 2 truites brunes) – tailles minimales : 10 cm pour l’omble de fontaine, 45 cm pour le touladi, 15 cm pour la truite brune et la truite arc-en-ciel ;
  • Une réglementation très précise est à connaître pour l’achigan à petite bouche : les dates de pêche et les limites de prises varient fortement en fonction des cours d’eau ;
  • Des précisions sont également apportées pour les règles de pêche de l’alose savoureuse, les anguilles, le bar rayé, le brochet maillé, les éperlans…
  • Des exceptions et règlements spéciaux sont par ailleurs listés pour 7 rivières : pour les sections précisées, les dates, limites de prises ou techniques de pêche autorisées peuvent en effet varier par rapport à la réglementation générale.
Parc national de Fundy
© Marie et Mickaël, Entre 2 Escales, Parc national de Fundy

Quelques Spécificités

Sur un certain nombre de rivières listées dans le guide pêche (pages 7 et 8), il est nécessaire que les pêcheurs non-résidents soient accompagnés d’un guide titulaire d’une licence du Nouveau-Brunswick après certaines dates.

La brochure de pêche 2017 du Nouveau-Brunswick précise clairement que : « tous les saumons de l’Atlantique anadromes* et les grilses* doivent être remis à l’eau ».

Concrètement, il n’y a « pas de saison de pêche à la ligne pour le saumon de l’Atlantique » dans les régions Sud-est, l’Intérieur de la baie de Fundy, le bas-Saint-Jean, le Sud-ouest et le Haut-Saint-Jean.

Dans les régions Restigouche, Baie-des-Chaleurs et Miramichi, il est possible de pêcher le saumon de l’Atlantique, mais celui-ci doit être relâché. Des limites de remise à l’eau quotidienne sont indiquées pour ces régions : 10 pour le saumon noir du printemps, 4 pour les saumons en montaison : une fois cette limite atteinte, le pêcheur doit arrêter de pêcher ce poisson.

La remise à l’eau des jeunes saumons est donc obligatoire. Les autorités donnent des indications pour différencier tacon/saumoneau/omble de fontaine (page 40 du guide).

Permis de pêche

Il y a différents types de permis pour les non-résidents. Pour la pêche du saumon de l’Atlantique (et de tout autre poisson), le permis annuel coûte 198,95 $ (incluant 4 étiquettes de conservation de saumon), le permis pour 7 jours coûte 115 $ (incluant 2 étiquettes), le permis pour 3 jours coûte 60,95 $ (avec 1 étiquette).

Les permis peuvent s’acheter en ligne.

Si on souhaite pêcher tous les poissons (sauf le saumon atlantique), il en coûtera 73,60 $ pour un permis annuel, 47,15 $ pour un permis de 7 jours et 34,50 $ pour un permis de 3 jours.

D’après le guide, « un permis n’est pas nécessaire pour pêcher dans les eaux de marée, sauf si on veut conserver les ouananiches ». Tous ces prix sont donnés en dollars canadiens.

Amérindiens dans le Parc national Kouchibouguac
© Marie et Mickaël, Entre 2 Escales, Parc national Kouchibouguac

Liens et infos utiles complémentaires

Des mesures de conservation sont parfois prises en cours de saison, afin de préserver les poissons lors de périodes particulières. Les renseignements sont à consulter régulièrement sur ce site proposé par le Gouvernement du Canada : Pêche et Océans Canada.

La contamination par le mercure du poisson d’eau douce conduit les autorités à distiller des recommandations pour la consommation de certains poissons, en particulier pour les personnes vulnérables (femmes enceintes ou en âge de procréer, enfants de moins de 8 ans – à lire en page 39 de la brochure de pêche).

La vigilance des pêcheurs est sollicitée afin de bien différencier les achigans à petite bouche et les achigans à grande bouche. La présence de l’achigan à grande bouche sur certains secteurs serait en effet due à des introductions illégales. En page 11 du guide de pêche 2017 du Nouveau-Brunswick, il est donc précisé : « Le ministère des Ressources naturelles du Nouveau-Brunswick encourage tous les pêcheurs à la ligne qui prennent un achigan à grande bouche, peu importe sa taille, de le conserver et de l’apporter au bureau du MRN le plus proche ».

© Province du Nouveau-Brunswick

À noter

Il est possible de trouver des pourvoiries en fonction des poissons recherchés.

*Un grilse est un saumon qui a passé seulement un hiver en mer avant de revenir à la rivière (ou tout du moins qui a atteint sa maturité en mer à une taille plus réduite que celle d’un saumon adulte normal).

*anadrome : qui vit dans la mer, mais se reproduit en eau douce (à différencier donc de la ouananiche qui n’est pas considérée comme un saumon anadrome puisqu’elle reste en eau douce)

Principale source : Site de la province du Nouveau-Brunswick

Ils parlent du Nouveau-Brunswick…

  • Marie et Mickaël sont acadiens… ça ne vous dit rien ? L’Acadie c’est un petit bout du Nouveau-Brunswick… donc ils sont bien placés pour vous parler de cette province ! Leurs récits, très nombreux sur le sujet, sont à consulter sur leur blog : Entre 2 Escales.
  • Un très beau voyage au Nouveau-Brunswick est également à découvrir sur le blog de Marina Stories Of Inspiration.
Une information en + ?

Contactez-nous pour contribuer

© Les photographies ont été généreusement partagées avec nous, mais restent la propriété exclusive de leur auteur. Merci pour leur collaboration.