Accueil Haut de page
Partager sur facebook Partager sur Twitter Partager sur Google +

Québec

© Fish & Child - Rivière Ashuapmushuan à Saint-Félicien

Le Québec est la plus grande province canadienne et dispose d’un potentiel halieutique exceptionnel. Des paysages très diversifiés, de nombreuses espèces de poissons à rechercher sur ce territoire, avec en prime l’amabilité et l’accueil chaleureux de nos cousins québécois qui parlent (presque) la même langue !

Assurément une destination à cocher sur sa « bucket fishing list », pour le pêcheur qui veut explorer certaines eaux mythiques et partir à la découverte des grands espaces…

Généralités sur la réglementation

Le site de référence pour la pêche sportive au Québec (incluant la pêche au saumon) est géré par le Ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs du Québec. Ce ministère y expose les règles de pêche pour la période allant du 1er avril 2016 au 31 mars 2018. La présente fiche propose une synthèse (non exhaustive) des nombreuses informations données par ce site du Ministère.

Il existe différents types de permis, en particulier le permis de pêche sportive (qui autorise la pêche de la plupart des espèces de poisson d’intérêt sportif au Québec, sauf le saumon), et le permis pour le saumon atlantique. Lors de la période de pêche au saumon, il est obligatoire d’être muni du permis saumon pour pêcher toute espèce de poisson dans une rivière à saumon (cf. liens infos utiles pour la liste des rivières à saumon). Sur la majeure partie des rivières à saumon, seule la pêche à la mouche est autorisée (ou sur des parties de rivières à saumon).

Les autorités locales précisent que le « permis annuel de pêche au saumon est délivré avec 7 étiquettes en vue de l’étiquetage obligatoire du saumon qu’on a pris et gardé. Quant au permis d’un jour, il est délivré avec une seule étiquette (valables uniquement le jour indiqué sur le permis). Au cours de la saison, une personne ne peut en aucun cas prendre et garder plus de sept saumons. L’enregistrement des prises est obligatoire. »

Des règles très strictes sont définies concernant les techniques de pêche autorisées : ministère – méthodes de pêche. Sur cette page, sont par exemple précisés : le nombre d’hameçons, le nombre de pointes autorisées en fonction des situations de pêche, ainsi que la taille des mouches artificielles.

Le Québec est découpé en 29 zones, selon lesquelles les règles de pêche peuvent changer. Pour les limites de possession et de longueur selon les zones, consulter cette page : ministère – limite prise – longueur.

Pour les périodes de pêche et les limites de prise, il convient de se rendre sur ces pages : ministère- périodes pêche – limites prises. Sont ainsi précisés (pour 2 périodes allant du 1er avril 2016 au 31 mars 2018) pour chaque cours d’eau et plan d’eau : les périodes d’ouverture, les espèces présentes et les limites de prises. Pour connaître ces informations, il suffit d’effectuer une recherche par zone géographique, puis de choisir le cours d’eau ou plan d’eau convoité. Si le cours d’eau n’apparaît pas, les règles générales de la zone de pêche sont rappelées par le moteur de recherche et s’appliquent.

À noter qu’il existe une notion particulière au Québec : la limite de remise à l’eau quotidienne. Par exemple, si la limite de remise à l’eau pour un plan d’eau est de 3 saumons, un pêcheur ne pourra pas continuer de pêcher dans ce plan d’eau après avoir remis à l’eau trois saumons.

Des règles spécifiques sont par ailleurs définies par les autorités locales pour la pêche aux corégones, à l’éperlan, à la lotte, à la lance ou au harpon.

À savoir également : certains lacs ou étangs peuvent être réservés à la pêche à la mouche. Dans ce cas, certaines règles précises sont à respecter.

Permis de pêche

À titre d’exemple, le prix du permis annuel (sauf saumon atlantique) pour les non-résidents est de 78,77 $ pour la saison 2017-2018 (soit environ 54 €), 18,38 $ (12.50 €) pour un permis journalier, 31,56 $ le permis de 3 jours consécutifs et 47,46 $ pour 7 jours consécutifs (toujours pour les non-résidents – prix exprimés en dollars canadiens).

Pour le saumon atlantique, il en coûtera 157,83 $ (107 € environ) pour le permis annuel (49,19 $ pour un résident) et 42,03 $ (29 €) pour le permis journalier (21,44 $ pour les résidents).

Le Ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs du Québec recense également tous les points de vente de permis, selon les régions et les villes du Québec sur cette page : ministère – permis par région.

Coucher de soleil sur le Fjord du Saguenay
© Fish and Child – Fjord du Saguenay

Liens vers infos utiles pour la pêche du saumon

À visiter absolument si le but du voyage est la pêche du saumon, le site de la Fédération des gestionnaires de rivières à saumon du Québec. Une mine d’informations pour préparer son voyage, avec par exemple la description des principales rivières selon 8 régions différentes : type de pêche, caractéristiques de la rivière, détail de réglementation, période de pêche, informations sur les gestionnaires et contacts, mouches à utiliser, statistiques de prises, achats de permis en ligne, etc…

Le site de la Fédération québécoise pour le Saumon Atlantique est également très riche : FQSA. Ce site propose notamment une carte interactive qui donne des informations sur les rivières : mouches à privilégier, téléchargement de cartes des fosses, contacts des gestionnaires par exemple. Donc à consulter impérativement avant le départ !

Pour prendre connaissance du Plan de gestion du saumon atlantique 2016-2026, édité en mars 2016 par le Ministère, on consultera ce document intéressant. On y trouvera en particulier des informations sur le profil biologique de ce poisson, sur les modalités de gestion et sur les méthodes de restauration des populations.

Le Ministère publie par ailleurs une liste et une carte des rivières à saumon du Québec.

Autres infos utiles

Le Ministère propose également des informations sur les poissons d’intérêt sportif au Québec (avec une fiche spécifique pour chacun d’entre eux, précisant l’habitat, le type d’alimentation, la reproduction et des méthodes d’identification par rapport à d’autres espèces par exemple) : ministère – poissons Québec.

Les saines pratiques de la remise à l’eau sont à consulter ici : ministère – remise eau poisson.

Trouver une pourvoirie au Québec : pourvoiries Québec. Les pourvoiries sont des entreprises qui proposent aux pêcheurs de l’hébergement et divers services ou équipements. Certaines ont le droit exclusif de pêche sur des territoires déterminés. Des réglementations spécifiques s’appliquent souvent.

Ils parlent du Québec…

Parce que les Québécois parlent mieux du Québec que n’importe quel blogueur européen, je vous conseille la lecture de ces 4 blogs 100 % made in Canada !

  • Moi, Mes Souliers : le blog de la joyeuse Jennifer regorge d’idées et de bons plans (pratiques et gourmands !)
  • Pascale aime l’hiver et la neige… et tant mieux puisque c’est depuis Montréal qu’elle alimente son blog Scouich avec de belles balades enneigées !
  • Marie-Julie est une bible dans le secteur du voyage, et ces billets québécois donneront obligatoirement de l’inspiration à ceux qui en manquent, c’est sur Taxi Brousse
  • Annabelle aime pêcher et aller au musée, et elle peut même le faire dans une même journée ! Elle raconte ses balades, et plus encore, sur Les Petits Plaisirs de Matante A.

Carte des récits au Canada

Une information en + ?

Contactez-nous pour contribuer

© Toutes les photographies sont notre propriété exclusive.