Accueil Haut de page
Partager sur facebook Partager sur Twitter Partager sur Google +

Tasmanie

Howells Point, Maria Island - crédit © Tourism Tasmania and Rob Burnett

Howells Point, Maria Island - crédit © Tourism Tasmania and Rob Burnett

La Tasmanie est une île au sud-est de l’Australie, qui offre de sublimes paysages sauvages, et qui propose des types de pêche très variés.

D’une taille légèrement inférieure à l’Irlande, le tourisme pêche est bien développé sur l’ensemble de la Tasmanie. Les populations de salmonidés sont à rechercher sur de nombreuses rivières ou plans d’eau. Et l’Océan Indien offre bien sûr d’innombrables opportunités, pour la pêche au gros, ou tout simplement du bord sur des espèces de poissons que nous n’avons pas l’habitude de croiser par chez nous… Bref, c’est une destination pêche par excellence !!

Cradle Mountain in snow, crédit © Paul Fleming
Cradle Mountain in snow, crédit © Paul Fleming

Réglementation générale pour la pêche en eau douce

Pour la pêche en eau douce, les principales règles en Tasmanie sont à consulter sur le site Inland Fisheries Service.

La réglementation générale stipule (hors règles particulières pour certains cours d’eau) que pour les salmonidés et les river blackfish (gadopsis marmoratus), le quota journalier est fixé à 12 poissons, avec une taille limite des poissons fixée à 22 cm. Pour l’Acanthopagrus butcheri (bream – poissons qu’on trouve dans les estuaires, très appréciés pour la pêche sportive localement), la maille est à 25 cm, le quota journalier est de 10 poissons. Concernant l’anguille la taille minimale de capture est de 30 cm, le quota journalier est fixé à 12 poissons par pêcheur. Il n’y a aucun quota pour l’estuary perch (Macquaria colonorum).

En suivant cette réglementation générale, il est possible de pêcher ces eaux avec un appât (y compris naturel), un leurre artificiel ou une mouche. Chaque ligne ne doit pas avoir plus 2 leurres, ou plus de 2 appâts, ou plus d’un leurre et d’un appât, ou plus de 3 mouches artificielles. À noter toutefois qu’il est interdit de pêcher à la grenouille, à l’écrevisse ou en amorçant.

Certains cours d’eau font l’objet de règles particulières (pages 27 à 32 de la brochure éditée par les autorités – Tasmanian Inland Fishing Code 2017 – 2018), certaines eaux sont fermées à la pêche, des règles spéciales s’appliquent dans les parcs nationaux ou les « western lakes ».

À titre d’exemple (page 28 de la brochure), pour pêcher l’East Rocky Lagoon, la saison s’étend du 5 août 2017 au 29 avril 2018, seule la mouche est autorisée, tout poisson doit être relâché. Sur l’Edgar Pond, la taille limite de capture est de 22 cm, le quota journalier est fixé à 12 poissons et on peut pêcher au leurre artificiel et à la mouche.

Source © Inland Fisheries Service – Tasmanian Government

Licence

Il est nécessaire d’obtenir une licence pour pêcher en eau douce en Tasmanie. Il existe une quinzaine de types de licences différentes : pour les retraités, seniors, pour de courtes périodes ou pour… 5 ans !

Voici le prix des principales licences : une saison complète pour un adulte coûte 75,50 $ australiens (soit approximativement 50 €), 8 € pour une personne entre 14 et 18 ans (gratuit pour les moins de 14 ans). Une licence de 28 jours vous coûtera 40 €, ou 26 € pour 7 jours, ou encore 15 € pour 2 jours.

À noter toutefois qu’il n’est pas nécessaire d’avoir une licence pour pêcher dans les « pêcheries privées classées », ou pour pêcher l’Acanthopagrus butcheri dans certains secteurs. Il est par contre nécessaire d’avoir une licence spéciale pour pêcher la « friture » (« whitebait fishing »), pour les activités commerciales ou pour la possession de certains équipements (filets ou pièges).

Il est possible d’acheter sa licence en ligne sur le site d’Inland Fisheries Service, ou de s’informer, ici, sur les endroits où se les procurer sur place.

Saisons d’ouverture

La plupart des eaux sont ouvertes à la pêche entre le 5 août 2017 et le 29 avril 2018. Certaines eaux « désignées comme abritant » des truites arc-en-ciel ouvrent le 30 septembre 2017, pour fermer le 2 juin 2018. L’« IFS waters database » (voir Paragraphe « Où pêcher ») renseigne sur la saison de chaque cours d’eau ou lac. Cette page d’Inland Fisheries Service nous informe également sur les secteurs fermés à la pêche, ou sur les endroits ouverts à l’année.

"Trout fishing" crédit © Tourism Tasmania & George Apostolidis
« Trout fishing » crédit © Tourism Tasmania & George Apostolidis

Réglementation générale pour la pêche en mer

Pour la pêche en mer, on pourra consulter le Recreational Sea Fishing Guide 2016-2017 produit par le Gouvernement de Tasmanie. Cette brochure fournit l’ensemble des règles sur la période du 1er novembre 2016 au 31 octobre 2017.

Il n’est pas nécessaire d’avoir une licence pour pêcher à la ligne en mer ou du bord en Tasmanie. Par contre une licence est requise pour différents types de pêche au homard (rock lobster), pour l’ormeau (abalone), la pêche à certains filets, ou pour laisser des lignes « sans surveillance » (maximum 15 hameçons – set line). Il est possible d’acheter cette licence sur le site du Gouvernement de Tasmanie. La première licence standard coûte 53,55 $ (base de 45,90 $ pour le permis – 7,65 $ pour la 1ère licence), soit environ 36 €. La licence est valable du 1er novembre 2016 au 31 octobre 2017.

On trouve notamment dans cette brochure, ou sur le site du Gouvernement, toutes les informations relatives aux tailles minimales de capture, quotas journaliers les saisons où la pêche est ouverte ou sur les zones faisant l’objet de restrictions (différentes cartes montrant par exemple les réserves marines, les zones de refuge pour les requins…).

À noter par ailleurs que les autorités délivrent certaines règles de pêche en bateau ici : en particulier les vitesses limites, et les endroits où l’utilisation d’un bateau est autorisée.

Wineglass Bay Beach, crédit © Kathryn Leahy
Wineglass Bay Beach, crédit © Kathryn Leahy

Où pêcher en Tasmanie ?

Inland Fisheries Service propose le IFS waters Database, très intéressant pour chercher les spots et connaître les règles de pêche associées aux différents secteurs. On peut ainsi effectuer une recherche en fonction de la région où on souhaite pêcher, de la méthode de pêche choisie, du type de poisson recherché.

Un guide très intéressant à découvrir (en anglais), « la pêche de la truite pour les débutants », dans lequel on trouve de nombreuses informations utiles sur les secteurs de l’île où l’on peut trouver truite, saumon atlantique et omble de fontaine. Même les pêcheurs expérimentés qui découvrent la Tasmanie y trouveront leur bonheur !!

La toile offre de nombreuses informations sur les spots à privilégier en Tasmanie, en voici une synthèse. À noter que la pêche en eau douce en Tasmanie est particulièrement tournée vers les salmonidés : les liens listés ici s’intéresseront plus précisément à ces poissons.

Nord de l’île

Au nord de la Tasmanie, vers Launceston, on peut rencontrer la South Esk river ; à 20 km plus au sud se trouve la Macquarie river. Deux rivières dans lesquelles il est possible de pêcher notamment des farios et arcs en ciels entre le 1er samedi d’août et « le dimanche le plus proche du 30 avril », que ce soit aux leurres artificiels, à l’appât naturel ou à la mouche. La South Esk river et la North Esk river se rejoignent et forment la Tamar river, qui va se jeter dans le Détroit de Bass juste après Launceston. Des informations utiles pour pêcher cette rivière sont à lire sur ce document édité par le Gouvernement et Fishwise : pêche du bord, pêche en bateau, meilleurs spots,..

À une cinquantaine de kilomètres à l’ouest de Launceston, on trouve Four Spring Lake, Huntsman lake et Brushy lagoon. À noter la présence de saumon atlantique sur le Brushy lagoon qui peut se pêcher toute l’année (leurres, mouche, appâts autorisés).

Encore plus à l’ouest, vers Devonport, on trouvera également des rivières intéressantes à pêcher. La truite et le river blackfish sont à rechercher sur la Mersey river. On retrouve les mêmes espèces de poisson sur la rivière Leven à proximité d’Ulverstone.

Centre de l’île

À 150 km au nord de Maydena, aux alentours de Miena ou Bronte Park, se trouvent les lacs Highland réputés pour la pêche. De nombreux guides proposent leur prestation d’accompagnement pour les différents lacs du secteur : de très nombreux plans d’eau, certains assez grands abritent de généreuses populations de truites farios et arcs en ciel. Les techniques de pêche autorisées varient d’un plan d’eau à l’autre, de même que les tailles limites de capture et les quotas journaliers.

On trouve des brochures éditées par Inland Fisheries Service et le Gouvernement de Tasmanie pour la plupart de ces lacs ; chaque document proposant une carte utile du plan d’eau. Le document dédié pour la pêche du lake Saint Clair, du Saint Clair Lagoon et du lake King William est à consulter ici. Greg French (le bien nommé) publie un article sur tasfih nous décrivant avec précision la pêche sur le lake King William : histoire du plan d’eau, influences des saisons, principales techniques de pêche, accès…

Entre le Great Lake et le Lake Echo, à quelques kilomètres au nord de Waddamana, se trouve le Penstock Lagoon, dont on peut télécharger la brochure ici.

Pour la brochure pour le Bronte lagoon on ira ici. Anglers Allicance nous propose par ailleurs un lien vers la webcam sur ce Bronte lagoon (d’autres webcams sont dispos sur cette page), permettant de découvrir ce plan d’eau et les conditions météorologiques du moment. On peut consulter ici le document dédié à la pêche sur le lake Echo.

Un peu plus au nord vers Miena, on trouve deux grands lacs également réputés : Great lake et Arthurs lake, à propos desquels on peut lire des informations ici et la. Quelques kilomètres à l’est, on trouve deux lacs pour lesquels Inland Fisheries Service propose aussi des documents spécifiques : Woods lake et lake Crescent.

Sailing on the River Derwent, crédit © Samuel Shelley
Sailing on the River Derwent, crédit © Samuel Shelley

Dans la région de Hobart – sud-est de l’île

La rivière Derwent se jette dans l’océan Indien à Hobart, la capitale de l’île. Outre la brochure dédiée à cette rivière, on peut trouver d’autres éléments utiles pour préparer son voyage en Tasmanie. En particulier ce document publié par Fishwise et le Gouvernement, où, encore une fois, on trouve ces infos : description de la rivière et de ses principales baies, principaux spots de pêche et quelques rappels de réglementation. La pêche dans cet estuaire nous est également décrite sur tasfish, en fonction des différents secteurs à prospecter. À noter qu’il existait en 2012 des restrictions de consommation de poisson sur l’estuaire de la rivière Derwent.

De nombreux plans d’eau peuvent également se pêcher au sud de la Tasmanie, dont le Craigbourne Dam (à 50 km au nord de Hobart), ou le lac Meadowbank (vers Hamilton, à 80 km au nord-ouest de Hobart). Le barrage de Craigbourne nous est très efficacement décrit sur tasfish : caractéristiques du plan d’eau, espèces de poisson présentes, techniques de pêche à mettre en œuvre… L’article date de 2009 mais la plupart de ces informations sont toujours d’actualité !!

La Huon River se jette dans l’océan vers Huonville (40 km au sud-ouest d’Hobart). Voici une carte très intéressante propose par Franklinmarine, qui montre l’ensemble des spots dans la région du chenal d’Entrecasteaux, l’estuaire de la rivière Huon et dans les terres alentours. Sont ainsi listées de nombreuses plages où pêcher, les jetées intéressantes à prospecter, les zones de refuge pour requins et raies, également de nombreux spots d’eau douce…

Pour les rivières, on peut approfondir par une lecture des différents cours d’eau liés à la rivière Huon, encore une fois sur Tasfish – Huon streams. Andrew Pender nous parle de la pêche sur quatre ruisseaux différents : les rivières Mountain, Russell, Little Denison et Weld. Il existe également une brochure pour la rivière Tyenna, qui se trouve vers Maydena, à 80 km de kilomètres à l’ouest de Hobart.

Pumphouse Point, crédit © Tourism Tasmania & Stu Gibson
Pumphouse Point, crédit © Tourism Tasmania & Stu Gibson

Liens et infos utiles

De nombreuses brochures dédiées à une rivière ou un lac produites par Inland Fisheries Service et le Gouvernement sont listées dans cet article. On en trouve d’autres ici : tous ces documents ne sont pas forcément récents, mais donnent tout de même beaucoup d’indications utiles. Se renseigner sur place pour vérifier l’exactitude des informations.

Inland Fisheries Service propose l’ensemble des règles de pêche applicables sur son site Internet, ou par la publication de documents dédiés. Cette structure gouvernementale a pour « obligation de gérer les ressources en eau douce de Tasmanie de façon durable », afin que la faune et ses habitats soient préservés, en pensant aux générations futures. Parmi les principaux rôles de Inland Fisheries Service : favoriser la recherche sur la gestion des eaux, améliorer l’accès aux cours d’eau et plans d’eau, développer et contrôler l’activité de pêche…

Pour les passionnés (anglophones…) : on pourra prendre connaissance du plan de gestion concocté par les autorités locales : Proposals for the Tasmanian Inland Recreational Fishery Management Plan 2018 – 28.

Tasmanian Fishing est un magazine de pêche. Le site tasfish propose également sur ses pages de très nombreuses informations utiles pour la pêche en Tasmanie : descriptions de spots précis, articles dédiés à certains rivières ou plans d’eau, informations sur les règles de pêche. À parcourir absolument avant le départ !!

Anglers Alliance Tasmania (AAT) est un organisme qui représente de tous les pêcheurs d’eau douce de Tasmanie. AAT est notamment composée par des associations et clubs de pêche locaux, Trout Guides and Lodges Tasmania, et « l’industrie des équipements de pêche ». On retrouve sur ce site des liens vers les différentes webcam installées sur l’île, ou également des articles sur les actualités liées à la pêche en Tasmanie.

Trout Guides and Lodges Tasmania propose des liens vers une dizaine de guides locaux, et vers certains hébergements.

Il existe une application dédiée à la pêche en Tasmanie Infish App, qui donne des informations sur 150 cours d’eau ou plan d’eau de l’île, évoque les règles de pêche particulières ou les techniques de pêche… À découvrir !

Inland Fisheries Service propose par ailleurs des liens vers une quinzaine de « fisheries » privées de Tasmanie.

Un code de pratique pour la pêche récréative du thon rouge du sud (southern bluefin tuna –thunnus maccoyii) est mis en ligne par les autorités locales : conseils pour relâcher le poisson, marquage des poissons par exemple. Pour approfondir, on peut également se renseigner sur le « DPI Game Fish Tagging Program ».

Pour aider à empêcher l’introduction de la « didymo » (didymosphenia geminata, algue considérée comme une espèce invasive) ou pour éviter la propagation de tout autre agent pathogène, les autorités locales exigent de ne pas apporter sur l’île des équipements mouillés. Il est donc important de nettoyer, désinfecter et sécher son matériel.

Ils parlent de la Tasmanie

  • Ce ne sont pas moins de huit articles qui vous attendent sur Journaux de Voyages. Fort de son séjour d’un mois et demi sur l’île, Manu nous emporte avec lui à travers les paysages préservés de cette île que l’on connaît mal.
  • Et si vous envisagez un road-trip, vous pourrez peut-être vous inspirer du voyage de Chloé et Romain sur Playing the World.
Une information en + ?

Contactez-nous pour contribuer

© Les photographies ont été gracieusement partagées avec nous, mais restent la propriété exclusive de leur auteur. Merci pour leur collaboration.