Accueil Haut de page
Partager sur facebook Partager sur Twitter Partager sur Google +

Pêcher dans les Alpes de Haute-Provence

  • Accueil
  • >
  • Blog
  • >
  • Pêcher dans les Alpes de Haute-Provence
Pêche sur l'Ubaye dans les Alpes de Haute-Provence

Le département des Alpes de Haute-Provence est un petit paradis pour les pêcheurs de truites. Le territoire dispose d’un important réseau de torrents, de rivières de moyenne montagne et de lacs d’altitude où s’épanouissent de belles populations de truites farios.

Carpistes et passionnés de carnassiers pourront également trouver leur bonheur sur les lacs de Serre-Ponçon et de Sainte-Croix, par exemple, qui abritent des poissons trophées et attirent chaque année de nombreux pêcheurs. L’offre de pêche est donc très diversifiée sur le département : voici quelques pistes pour découvrir les Alpes de Haute-Provence avec ses cannes à pêche.

La pêche de la truite dans les Alpes de Haute-Provence

Le Verdon prend sa source dans le massif des Trois Evêchés, puis traverse l’est et le sud du département sur près de 170 kilomètres. L’ensemble de son linéaire est classé en première catégorie piscicole, et offre des profils variés aux pêcheurs. Torrent de montagne sur sa partie amont, le cours d’eau devient plus imposant au fil de la rencontre avec ses affluents, tous intéressants pour rencontrer dame fario : le Bouchiers, le Clignon, la Lance, la Chasse, l’Ivoire, l’Issole… La rivière alimente ensuite le Lac de Castillon : un plan d’eau de 500 hectares classé en seconde catégorie abritant de nombreux carnassiers, où les prises de beaux salmonidés sont fréquentes.

Le Verdon poursuit sa route, entre Var et Alpes de Haute-Provence, et les parcours entre Castellane et les Gorges du Verdon sont très réputés. Les gouffres profonds alternent avec des portions plus rapides et des pools importants au faible courant. On recherchera notamment les jolies truites lacustres qui remontent du Lac de Sainte Croix, sachant que chevesnes et barbeaux sont aussi présents sur ce secteur. Plus en aval, la pêche de la truite sur le lac de Sainte-Croix du Verdon et sur le lac d’Esparron (classés en seconde catégorie) reste très intéressante : il n’est pas rare de capturer de magnifiques poissons.

Pêche sur le Verdon dans le 04
Les Gorges du Verdon (départ sentier Martel) © Fédération de pêche des Alpes de Haute-Provence

Le lac de Serre-Ponçon constitue l’un des joyaux du territoire. Bien que classé en seconde catégorie piscicole, le plan d’eau abrite de belles populations de salmonidés, dont certains atteignent des dimensions impressionnantes. Truites arc-en-ciel et truites farios disposent en effet d’importantes ressources qui leur assurent une croissance rapide. Le lac de Serre-Ponçon est en partie alimenté par les eaux de la Durance, rivière qui traverse les Alpes de Haute-Provence avec d’intéressantes richesses halieutiques. Classée en seconde catégorie sur la majeure partie de son linéaire dans le département, de jolies truites s’épanouissent entre barbeaux et chevesnes. La Durance est en effet alimentée par différentes rivières de première catégorie où les truites farios sauvages sont recherchées par les pêcheurs : le Sasse, le Jabron, le Vançon, la Bléone, le Largue, etc. …

Jolie truite de la Durance, dans les Alpes de Haute-Provence
Truite de la Durance © Fédération de pêche des Alpes de Haute-Provence

L’Asse est l’un des principaux affluents de la Durance, qui suit un parcours de plus de 70 km sur le département. Les secteurs classés en première catégorie sont à prospecter, dans les alentours de Barrême, où se mêlent les eaux de l’Asse de Clumanc, de l’Asse de Moriez et de l’Asse de Blieux. Trois cours d’eau richement pourvus en truites farios sauvages, qui permettront aux pêcheurs de pratiquer à la mouche, aux appâts naturels ou aux leurres. L’Estoublaïsse est un affluent de l’Asse à découvrir pour ses peuplements de truites, en amont ou en aval des Gorges de Trévans difficilement accessibles.

L’Ubaye est l’une des plus belles rivières du département. Cette rivière torrentielle prend sa source au col de Longet à plus de 2600 mètres d’altitude, puis traverse le nord du département, avant de mêler ses eaux à la Durance sur le lac de Serre-Ponçon après un parcours de plus de 80 km. L’Ubaye jouit d’une excellente réputation, non seulement pour la beauté des paysages sauvages de son bassin versant, mais aussi pour sa richesse halieutique : la rivière abrite une très bonne densité de truites farios, avec des parcours à découvrir à la mouche, aux appâts naturels, ou à l’ultra léger. Ses affluents méritent le détour, en particulier l’Ubayette, mais aussi le Parpaillon, le torrent d’Abriès, le Bachelard, le Grand Riou de la Blanche

Pêche sur le Coulomp dans les Alpes de Haute-Provence
Pêche sur le Coulomp © Fédération de pêche des Alpes de Haute-Provence

Le Var visite les Alpes de Haute-Provence sur quelques kilomètres, au sud-est du département. Un secteur riche en ruisseaux de première catégorie entre Annot et Entrevaux, où on pourra également découvrir le Coulomp, la Vaïre et leurs affluents, sur des parcours sauvages et poissonneux.

La pêche en lacs de montagne dans les Alpes de Haute-Provence

Une vingtaine de lacs de montagne sont répertoriés dans le guide du pêcheur publié par la Fédération (Cf. lien plus bas), avec pour chaque plan d’eau l’altitude, le temps de randonnée nécessaire pour y accéder, ainsi que les espèces de poissons présentes. Dans le Vallon de Restefond, deux lacs sont accessibles en voiture et peuplés en truites farios : Sagnes (1900m) et Essaupres (2320m). Non loin de là se trouve Terre Pleine, à 2410 mètres d’altitude : 2h30 de randonnée permettront de rencontrer omble chevalier, saumon de fontaine et truite fario.

Cinq lacs de montagne se nichent dans le Vallon de l’Ubayette. Pour trois d’entre eux, le départ de randonnée s’effectue à Pont Rouge, et on ira y pêcher farios et ombles chevaliers : les Lacs des Hommes (l’Inférieur est en no-kill) et le lac du Lauzanier. Les lacs de l’Oronaye et de la Reculaye sont situés un peu plus au nord, avec des temps d’approche compris entre 2h et 2h30 depuis la route du Col de Larche. Le lac des Sagnes est accessible en voiture, en prenant la route du col de la Bonette à partir de Jausiers : un plan d’eau de 30 hectares à 1900 mètres d’altitude.

Le Vallon de la Haute Ubaye offre un chapelet de lacs entre 2500 et 2700 mètres d’altitudes. Depuis la Combe Brémond, on pourra se diriger vers les lacs du Marinet, les lacs du Roure ou le lac du Longet (4h30 d’effort pour ce dernier). Depuis la Route des Maurin, on ciblera truites farios et cristivomers du lac Vert des Houerts (4h) et du lac Bleu des Houerts (4h30).

Pêche sur le Marinet supérieur
Lac du Marinet supérieur © Fédération de pêche des Alpes de Haute-Provence

Au départ de Fouillouse, quelques kilomètres au-dessus de Saint-Paul-sur-Ubaye, quatre plans d’eau sont accessibles après 2h30 ou 3h30 d’efforts, et sont situés entre 2500 et 2900 mètres d’altitude : le Premier, le Noir, le Rond, et le Neuf Couleurs. Des truites farios peuplent les trois premiers cités, des cristivomers étant également présents sur le lac des Neuf Couleurs (compter plutôt 4h de marche pour celui-ci, avec un dénivelé de plus de 900 mètres).

A quelques kilomètres au nord-ouest de Barcelonnette se trouve le lac de l’Aupillon, perché à 2600 mètres d’altitude (trois heures de randonnée au départ des Prats). Entre Seyne et Le Lauzet, en basse Vallée de l’Ubaye, le lac Noir et le lac du Milieu abritent truites farios et chevesnes. Ces deux plans d’eau facilement accessibles (1h de marche) permettent souvent de belles parties de pêche. Plus au sud, le lac d’Allos est accessible depuis la Maison forestière du Laus après une heure de marche : farios, ombles chevaliers et vairons pourront y être ciblés.

La pêche du carnassier et de la carpe dans le 04

Le département des Alpes de Haute-Provence doit une partie de sa renommée à la richesse piscicole de ses grands lacs de barrage. A cheval sur les Hautes Alpes, le lac de Serre-Ponçon est l’un des plus grands lacs de retenue d’Europe, et jouit d’une réputation internationale. D’une superficie de 2800 hectares, le plan d’eau qui peut atteindre 90 mètres de profondeur est particulièrement réputé pour ses populations de brochets, dont certains atteignent des dimensions impressionnantes. Perches, carpes et belles truites sont aussi à rechercher sur le secteur.

Pêche sur le lac de Sainte-Croix du Verdon
Lac de Sainte-Croix du Verdon © Fédération de pêche des Alpes de Haute-Provence

Les eaux turquoise du lac de Sainte-Croix du Verdon attirent également chaque année de nombreux pêcheurs, parfois venus de loin pour se frotter aux jolis spécimens du secteur. Les brochets, les truites lacustres et les perches se développent en effet idéalement au cœur de ce cadre naturel exceptionnel très prisé. Ces espèces de poisson ont contribué à la renommée du site. Depuis quelques années, c’est le sandre qui semble bien se développer sur le lac de Sainte-Croix, avec des captures régulières de spécimens de plus de 80 cm. A noter aussi la présence du gobie à tâche noire : un poisson classé nuisible qui est en train de coloniser le plan d’eau et qu’il ne faut pas remettre à l’eau. Côté pêche, la truite lacustre se pêchait plutôt à la traîne dans un passé récent ; la pêche au vif semble aujourd’hui montrer de meilleurs résultats. Le sandre se capture soit au poisson mort posé du bord, au vif en barque, et bien sûr beaucoup aux leurres en verticale. La réglementation pourrait évoluer sur le lac de Sainte-Croix en cours d’année 2020, en particulier pour les dates d’ouverture (consulter régulièrement le site de la Fédération pour plus d’informations !). La pêche au coup se pratique également sur le plan d’eau, avec la possibilité de faire de belles bourriches de gardons par exemple.

Le cadre est tout aussi grandiose sur le lac de Castillon situé à une soixantaine de kilomètres, où brochets, sandres, truites et perches sont bien présents et atteignent aussi de belles dimensions. La pêche au coup peut être productive sur ce lac, avec de bonnes densités d’ablettes notamment, ainsi que la pêche de la carpe : de belles surprises attendent les passionnés, avec des poissons qui peuvent approcher les 20 kilos. Le lac de Chaudanne (65 ha) est situé juste en aval et offre des possibilités de pêche comparables. D’autres retenues sont à visiter sur le bas Verdon en aval de Sainte-Croix, plus précisément les lacs de Quinson (190 ha) et d’Esparron (330 ha), qui disposent de bonnes densités de carnassiers. Ce dernier est notamment réputé pour ces jolis brochets, régulièrement métrés.

La Durance traverse l’ouest du département, et l’ensemble du réseau hydrographique des Alpes de Haute-Provence s’organise autour de ce capricieux affluent du Rhône. De nombreuses retenues jalonnent aujourd’hui le cours de la rivière, offrant autant de secteurs poissonneux à découvrir pour les pêcheurs, avec leurs belles populations de brochets, de perches, de poissons blancs (et de truites).

C’est dans le sud-ouest du département que se trouvent les lacs de plaine de seconde catégorie, dans les alentours de Manosque et Oraison, non loin de la Durance. Sur l’étang de la Forestière par exemple, s’épanouissent de bonnes populations de carpes de tailles fort respectables, puisque des sujets d’une vingtaine de kilos sont régulièrement capturés. Sur la retenue du barrage de la Laye (superficie d’une trentaine d’hectares sur la commune de Mane, près de Forcalquier), on pourra trouver de bonnes populations de carpes et de carnassiers (brochets et perches principalement). A Oraison, les pêcheurs peuvent arpenter les berges des trois plans d’eau des Buissonnades, d’une superficie de 18 hectares environ pour l’ensemble des lacs. On y recherchera carpes, perches et brochets selon les plans d’eau. Sur ces trois derniers plans d’eau cités, la pêche de la carpe peut se pratiquer de nuit. L’étang de la Forestière et le site des Buissonnades sont reconnus pour être de bons spots de pêche pour la carpe.

Pêche du carnassier et de la carpe sur les Buissonnades
Plan d’eau des Buissonnades sud © Fédération de pêche des Alpes de Haute-Provence

Liens utiles

Le site de la Fédération de pêche des Alpes de Haute-Provence vous permettra de retrouver toutes les informations sur la pêche dans ce département, notamment sur le volet réglementaire. On pourra également prendre connaissance du guide du pêcheur 2020.

Une carte interactive est à disposition des pêcheurs : Géopêche. Un outil très utile pour s’informer sur les différents parcours, sur les règles de pêche qui s’y appliquent, sur les mises à l’eau, hébergements et les postes PMR par exemple.

Une liste de 10 guides de pêche est par ailleurs à retrouver sur cette page du site de la Fédération.

A visiter dans les Alpes de Haute-Provence

Les activités touristiques du département reposent en tout premier lieu sur le patrimoine naturel des Alpes de Haute-Provence. Un ensemble de paysages et de sites préservés qui constituent autant d’idées de découvertes pour des activités de pleine nature (randonnée pédestre ou équestre, trail, vélo et VTT, escalade, ski, parapente…). Parmi les sites naturels remarquables non cités dans cet article pour la pêche, les curieux pourront visiter les Rochers des Mourres, la montagne de Lure, le Plateau de Valensole, les Pénitents des Mées, les Demoiselles coiffées, les Grès d’Annot, les gorges de Saint Pierre, les gorges de Trévans ou d’Oppedette, ou encore le Vélodrome d’Esclangon.

La richesse culturelle et architecturale du territoire est tout aussi intéressante à découvrir, avec en premier lieu le patrimoine fortifié. Un programme qui s’impose avec la Citadelle de Sisteron, la Citadelle d’Entrevaux, la Citadelle de Seyne-les-Alpes, le Fort de Savoie de Colmars-les-Alpes, le Fort de Tournoux ,… De nombreux Villages et Cités de caractère maillent également le territoire, et parmi les sites de visites incontournables, on pourra citer : le Musée de Préhistoire des Gorges du Verdon, le centre Jean Giono, le Prieuré de Ganagobie, le musée et les jardins de Salagon ou le château de Sauvan, le Musée de l’Occitane en Provence ainsi que les entreprises de la Route des Saveurs et des Senteurs, le musée de la Vallée, le musée de la faïence, le musée Gassendi ou encore l’Artemisa Museum.

Plus de 50% du département est protégé : l’Unesco Geoparc de Haute-Provence, le Parc national du Mercantour, le Parc naturel régional du Luberon et la réserve de biosphère Luberon-Lure ainsi que le Parc naturel régional du Verdon, mènent de nombreuses actions pour protéger et valoriser ces territoires si spécifiques. Parcourir le site de ces structures vous donnera par exemple des informations sur les produits du terroir, sur les lieux de visite d’intérêt et sur les projets de développement portés par les acteurs locaux.

On consultera le site touristique de l’Agence de Développement des Alpes de Haute-Provence  pour avoir accès à l’intégralité de l’offre du département.

Vous aimerez aussi

Pêche en lac de montagne en Ariège

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

dolor. Nullam mi, eget id, commodo at elit.